WAITING PERIOD

de Hubert Selby Jr.

1 novembre 2011 - 1 commentaire

WAITING PERIOD (couverture)

Un homme solitaire souffrant de dépression aigüe décide de mettre fin à ses jours et de quitter enfin! cette société qu’il abhorre. Après avoir pesé le pour et le contre sur toutes les méthodes de suicides et leur éventuelle efficacité, il opte pour l’arme à feu. Il se rend chez un armurier et dû à un bug informatique, il doit patienter quelques jours. Cette attente l’oblige à réviser son jugement. De candidat au suicide le voilà qu’il se mue en justicier. Mieux, c’est le bras armé de la justice divine! Suivez-le dans sa recherche d’ennemis à abattre, dans son combat contre le racisme, l’homophobie, le gouvernement, les médias…….

Servie par une écriture acérée, virile ( voire extrêmement couillue) et par un rythme rapide, nous avons encore droit du grand Selby. C’est juste E-NOR-ME. Comme toute son oeuvre. L’auteur ne pose pas de questions, ne se triture pas l’esprit avec des réflexions vaseuses, il énonce un fait : cet homme au bout du rouleau est le produit parfait de la société dans laquelle on vit. Le héros n’est ni amoral ni immoral, il vit jusqu’au bout ses convictions. Et est sympathique. Selby, c’est aussi une narration particulière. La ponctuation est quasi inexistante, le vocabulaire simple, précis, un rythme vertigineux.

L’ayant lu en anglais, je ne peux me prononcer sur la traduction française mais j’imagine la complexité du travail. Traduire Selby relève du défi. Le problème n’est pas le vocabulaire somme toute très simple mais dans la retranscription de son univers très border line. Respecter la tension frénétique de cette oeuvre exige souplesse et dextérité car tout est dans l’atmosphère captivante, chaotique qu’il crée. La lecture en v.o est très abordable tant que l’on reste attentif au rythme de son phrasé. Encore un superbe portrait d’un héros ordinaire et révolté à la manière de l’immense Hubert Selby Jr. En vous souhaitant de passer l’un des meilleurs moments littéraires de votre existence.

Complément par Simon Vart

Enthousiasmé par l’idée derrière le livre, ayant adoré Le démon et la Geôle, admirateur de Selby Jr., j’ai pris un grand plaisir à sa lecture : le style fracassant de Selby Jr, syncopé, brutal, envoûtant ; le choix de ses haines, ou du moins de son personnage, remarquablement proche des miennes ; et puis le sentiment trouble de lire quelque chose qui ressemblait à un testament.

J’ai vu une continuité dans son oeuvre et l’auteur comme un révélateur de notre époque. Le personnage principal et unique – Waiting Period est un long monologue entrecoupé d’étranges commentaires divins de l’auteur qui absout son personnage – est proche de celui du Démon, il décrit la lutte intérieure d’un homme qui cherche la paix. Il cherche sa place dans le monde, un sens à sa vie, il juge ses contemporains et cherche désespérément une façon de se comporter qui lui apporte la joie et l’amour. Mais là où le personnage de Harry White est cynique, cruel, indifférent et fort – et donc tout à fait conforme à la période qui verra naître les impitoyables yuppies -, celui de Waiting Period est plein de compassion, d’amour, de tolérance, et faible. Bouleversé, il tient à peine debout, respire avec peine, se prostre et attend la mort comme une libération. La colère qui le saisit devant les imbécilités de la bureaucratie, à l’encontre des abrutis racistes et violents, sexistes et homophobes, l’empathie qui lui fait comprendre la douleur des victimes, servent de catalyseur à sa torpeur qui devient alors une joie mauvaise et vengeresse. Loin du cynisme, il fait le tour des maux de notre époque moderne, utilise Internet, se rend compte comme nous tous que la faim dans le monde, la misère, le chômage, l’intolérance, ne sont pas des fatalités, mais les conséquences de notre mode de vie. Et il se mobilise pour lutter à sa façon infime mais réelle contre l’injustice.

Le livre a été écrit avant le 11 septembre 2001, et pourrait être lu comme la genèse d’un terroriste. Un terroriste âgé, compatissant, dans lequel je n’ai pu m’empêcher d’y voir Selby Jr, homme gentil et affable qui se délivre par l’écriture de sa colère et lui donne un objet raisonnable. C’est lui qui vient absoudre son personnage, en commentant son état, le jugeant sans défaut, lumineux, entier. Ce n’est plus l’époque des yuppies tout-puissants, émanations d’un néo-libéralisme assumé, prêt à écraser le monde sans se soucier des conséquences : le pacte social est brisé, le monde a accouché du changement climatique, les peuples se mobilisent et les nouvelles générations réclament de la justice ; Selby Jr. a senti ces changements bien avant nous et les a couché sur le papier. La bataille du démon apparaissait inexplicable, maladive ; celle de Waiting Period est une libération, une guérison.

Si vous connaissez Selby Jr., vous n’avez pas besoin que l’on vous conseille. Si vous ne connaissez pas, lisez d’abord Le Démon, la Gêole et ensuite Waiting Period, et vous me direz si vous avez ressenti comme moi l’itinéraire d’un auteur juché sur son époque et qui l’embrasse avec violence et passion.

Pour finir, le seul point faible du livre est son manque d’intensité dramatique : tout entier concentré sur le personnage et ses remugles intérieurs, il manque d’une certaine construction sociale, de scènes, de lieux, et d’autres personnages ; mais il compense par sa brièveté la clarté de cette exposition morale. Pour moi, le testament de Selby Jr., qui dit à ses lecteurs : je suis vieux, je vais mourir, et me voici, tel qu’en moi-même, je suis. Remember me.

Tagged , ,

§ One Response to WAITING PERIOD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Partagez cette critique

Ou suis-je ?

Vous êtes sur la critique WAITING PERIOD sur Immobile Trips.

meta

Achetez

Achetez ce livre sur amazon et soutenez l'équipe immobiletrips.com