MEMOIRES D’UN YAKUZA

de Junichi Saga

17 juillet 2011 - 0 commentaires

MEMOIRES D’UN YAKUZA (couverture)

Ijichi Eiji, affaibli par une maladie incurable, raconte à son médecin son long parcours fait de connaissances de hasard qui mèneront ce fils de bonne famille sur le chemin gangstérisme. Son père, propriétaire prospère d’un grand magasin est contraint de se séparer de son rejeton de quinze ans – pour cause de mauvaise conduite, et l’envoie travailler chez un oncle à Tokyo. Simple employé de bureau doté d’un caractère sympathique et affable, il va au fil de ses rencontres entrer dans un monde encore inconnu de lui : le monde du jeu, principale et seule occupation digne de tout yakuza. Du moins jusqu’à la fin des années 70. Lire la suite…

LES CHAUSSURES ITALIENNES

de Henning Mankell

17 juillet 2011 - 2 commentaires

LES CHAUSSURES ITALIENNES (couverture)

Fredrik Welin, chirurgien orthopédiste, vit reclus sur son île depuis douze ans avec pour seuls compagnons une vieille chienne sourde et une chatte courbaturée. Son quotidien se résume à creuser à coup de hache un trou dans la glace afin d’y prendre son bain, tenir un journal et à attendre la visite de Jansson, postier hypocondriaque. Seul sur ce bout de terre, il passe ses journées à ressasser son passé. Lire la suite…

SAINTS OF NEW YORK

de R.J Ellory

3 juillet 2011 - 0 commentaires

SAINTS OF NEW YORK (couverture)

Frank Parrish, détective à la dérive, se lance sur une enquête qui le conduira dans le monde de la teen pornographie à la suite des meutres de plusieurs adolescentes. Entre ses rendez-vous chez l’analyste, séances durant lesquelles il tente d’exorciser son passé familial et la mort de son collègue, il s’attache à cette nouvelle affaire avec l’énergie du désespoir. Roman de gare comme il en existe beaucoup donc pas franchement de surprises. Se laisse lire et s’oublie tout aussi vite. Parfait pour réviser son niveau d’anglais.

MY FIRST SONY

de Benny Barbash

3 juillet 2011 - 0 commentaires

MY FIRST SONY (couverture)

Yotam, enfant discret et curieux, se promène partout avec son magnétophone Sony et enregistre toute la vie de sa famille. Celle de ses parents : un père en manque d’inspiration qui se fait écrivain public; une mère, architecte de mérite, qui jongle entre les infidélités de son mari, les huissiers, sa famille et ses pittoresques amies. Celle de ses grand-parents qui ont connu les horreurs de la guerre, des pogroms et qui grâce à leur envie de transmettre leur savoir, lui raconte l’histoire de la diaspora, de la naissance de l’état d’Israël, des inimitiés entre les différentes factions politiques et armées. Celle de ses oncles qui nous fait entrevoir les difficultés à vivre pleinement sa religion. Tout y passe. L’amour, le sexe, la guerre, la Shoah, la politique…… Et les dissentions que cela crée au sein d’une même famille dont chaque membre, au caractère bien trempé, tente tant bien que mal de vivre dans l’Israël d’aujourd’hui. Du XIX siècle jusqu’à nos jours, il y retrace son histoire avec verve et humour. Un cours d’histoire amusant et instructif sur une région dont on entend seulement parler quand il y a des affrontements politiques avec les pays arabes. J’ai apprécié sa truculence, son analyse sur cette société qui se débat pour avoir une vie plus paisible, son optimisme. Une belle histoire savamment racontée. A lire.

  • Partagez ce blog

Ou suis-je ?

Vous êtes sur la page d'archives pour le mois de juillet, 2011 sur Immobile Trips.