WOUNDED (v.o)

de Percival Everett

26 novembre 2013 - 0 commentaires

WOUNDED (v.o) (couverture)

De l’amour, du sentiment de responsabilité et ses limites, de la filiation, de l’amitié, des notions dont John Hunt se garde bien d’entretenir. Discret, laconique, cet éleveur et dresseur de chevaux, vit loin des  turbulences du monde, une petite bulle qu’il s’est construite il y a vingt ans en plein Wyoming à quelques encablures du Red Desert. Ce ranch, ce majestueux désert, son monde, tout ça est sur le point de trembler. Wounded, récit à la première personne du singulier, raconte la lente transformation d’un homme croulant sous les mauvais souvenirs, le doute, les regrets, le désir de ne plus s’impliquer sur le destin d’autrui. Et Percival Everett que je découvre est un talentueux raconteur d’histoires. L’histoire de John Hunt ne vaut sans doute pas tripettes, on appréciera la sensibilité de l’auteur, l’économie de mots et d’effets de surprise, le calme qui imprègnent ces pages.

John Hunt, ancien élève des Beaux Arts de Berkeley, s’est construit un refuge, un endroit paisible éloigné de la ville. Éleveur et dresseur de chevaux, il vit avec son oncle Gus, 79 ans, depuis 6 ans. Deux taiseux avec leurs propres douleurs. Gus a purgé une peine de prison de 11 ans suite au meurtre du violeur de sa femme, John Hunt a vu la sienne mourir devant ses yeux suite à un accident de cheval. A Gus, la cuisine et la composition de repas végétarien. A John, le ranch, les visites de grottes, les balades à cheval, les courses en ville, les visites chez le médecin. L’un et l’autre goûtent à cette paisible vie maintenant extérieur à une distance respectable. Seulement l’extérieur s’ingénie à s’immiscer dans cette existence millimétrée  et est déterminé à pousser cet intellectuel jusqu’au bout de ses limites.

Les ennuis débutent par l’annonce du meurtre d’un homosexuel suivi de l’emprisonnement d’un employé de John, un homme dont il souhaitait se défaire vu son incapacité à mener à bien les diverses tâches que requièrent la tenue d’un ranch. L’arrivée du fils d’un copain de fac venu manifester contre ce crime barbare n’arrange pas les affaires de John. Les morts suspectes du cheptel appartenant à ses voisins indiens baptisés « red niggers » le contraignent à jouer un rôle qu’il n’aime pas du tout. Il a bien assez à faire avec la santé vacillante de son oncle, le dressage de Felony un cheval particulièrement sensible à l’humeur de son cavalier, et l’intérêt que lui porte une charmante voisine entreprenante alors, lui demander d’user de son influence dans un domaine qui lui échappe le rend nerveux. John Hunt est un noir très éduqué et s’il a fait le vœu de ne pas se mêler des affaires du monde, ce n’est pas guider par la peur, une mauvaise expérience, une haine de l’autre. La nature humaine et ses travers qu’il accepte dans la mesure où il s’en préserve au milieu de son désert le déstabilisent. Au milieu de tous ces actes qui témoignent de l’extraordinaire stupidité de l’humain, il se débat pour limiter au mieux ses interventions et ses répercussions.

Ni un « whodunnit », ni une romance, ni un livre sur la tolérance, mais un livre sur le parcours particulier d’un homme farouchement décidé à ne plus jamais souffrir ni à faire souffrir autrui, un homme incapable de se laisser aller, un homme réservé, jaloux de son indépendance tranquille, un homme qui a érigé une cloison autour de lui. Ses idées sur l’amour, la mort, la différence, la haine, l’indifférence, le racisme larvé et bon teint, la responsabilité, l’amitié, la filiation seront quelque peu secouées.

Bon, ça fait beaucoup de choses qui tombent sur un trou perdu des Etats-Unis jusqu’à rendre invraisemblable l’histoire mais bon, des gros cons bas du chapeau, il y en a partout. C’est même l’un des sous-genres de l’espèce humaine qui se développe le plus vite, une mycose purulente difficile à éradiquer. Ceci dit la lecture de Wounded qui ne bouleversera pas la loi du genre reste agréable. Pour une première tentative, l’expérience avec cet auteur est positive. Distrayant sans plus.

 

 

 

Tagged , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Partagez cette critique

Ou suis-je ?

Vous êtes sur la critique WOUNDED (v.o) sur Immobile Trips.

meta

Achetez

Achetez ce livre sur amazon et soutenez l'équipe immobiletrips.com