LE TAPIS DU SALON

de Annie Saumont

17 avril 2012 - 1 commentaire

LE TAPIS DU SALON (couverture)

Annie Saumont est une auteure que je découvre. J’ai choisi ce livre car c’est un recueil de nouvelles, un genre littéraire que j’affectionne. On passe d’une nouvelle à l’autre comme bon nous semble sans déranger l’intégrité de l’œuvre. La nouvelle est un exercice difficile car il exige de la rigueur, une concision de la pensée, une maitrise parfaite du vocabulaire, de la syntaxe, du rythme. Faire un point en quelques pages relève d’une certaine virtuosité, c’est le cas ici.

Dix-huit petites tranches de vie taillées au scalpel, Annie Saumont s’érigeant ici en grande faucheuse, mettant fin une bonne fois pour toutes aux tourments de ces paumés déboussolés par le tour que prend leur existence chaotique. Elle sabre, décapite, incise à vif. Pas de niaiseries dans ces pages, juste l’enfer d’une vie à priori banale qu’un  vilain grain de sable fait dérailler . Cause et conséquence en résumé. Un côté  » no future »si chère à la génération punk. Des histoires brèves, pleines de silence, de désespoir, de désenchantement, d’une noirceur étonnante pour saisir cet instant fugace où tout bascule dans le néant, la folie, l’enfermement, l’inavouable. Une écriture minimaliste pour raconter ces défavorisés, ces marginaux cabossés par la vie, incapables de se rebiffer car trop affaiblis ou démunis face à l’emballement des évènements qui les poussent vers l’inéluctable. Comment peuvent-ils faire face à l’abandon, la lâcheté, la trahison, la solitude, l’ostracisme, la cruauté, la honte, eux qui n’ont rien? Pas même l’absurde espoir d’un temps meilleur ou l’énergie d’y penser. La vie pue drôlement pour ces dix-huit créatures déglinguées. Il vous reste en bouche un arrière goût d’écœurement, un inconfort malsain et bizarrement on ressent une joie perverse à lire la prose d’Annie Saumont.

Les amoureux de Raymond Carver, Jim Thompson, Hubert Selby Jr., Max Aub, cette auteure aux nombreux prix, reconnue par ses pairs comme étant LA nouvelliste française, étudiée à l’école donc classée dans les classiques, traductrice de J.D Salinger, V.S Naipul entre autres, est pour vous. Que puis-je vous dire d’autres pour vous donner envie de la découvrir?  Son style? Résolument rock and roll! Langue orale, sms, se moque de l’écriture bienséante, de la ponctuation, du récit linéaire, une pingrerie de mots pour décrire avec précision ces univers morbides.  Ce que je retiens de ce recueil? Eh bien, si j’avais chaussé leurs grolles, je serais tombée comme eux, aux même moments. Une grande leçon de tolérance, d’ouverture d’esprit et de prudence. Cet avis n’engage que moi… Mais si au détour de vos pérégrinations elle vient à votre rencontre, offrez-vous le plaisir de la découvrir. Un hymne à la « white trash beautiful » pour citer Everlast.

Tagged , , , ,

§ One Response to LE TAPIS DU SALON

  • fred dit :

    pas réussi à aller bien loin dans cette lecture malgré tes écrits et mon affection pour everlast.
    J’y reviendrai plus tard si tu me permets de le garder quelques temps supplémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Partagez cette critique

Ou suis-je ?

Vous êtes sur la critique LE TAPIS DU SALON sur Immobile Trips.

meta

Achetez

Achetez ce livre sur amazon et soutenez l'équipe immobiletrips.com