MA REVERENCE

de Lupano - Rodguen

9 janvier 2014 - 0 commentaires

MA REVERENCE (couverture)

Comédie, drame intimiste, polar, chronique sociale, tranches de vie, Ma révérence est le récit sensible et passionnant d’une implacable introspection à laquelle se livre Vincent Loiseau, un pauvre con ordinaire qui s’improvise braqueur. Ma révérence raconte l’histoire troublante et oh! combien poétique de rencontres et évènements improbables superbement mis en scène. De la narration au story-board, du trait à la mise en couleurs, Ma révérence, malgré le sérieux du sujet, est exactement ce dont vous avez besoin pour vous requinquer. Lupano et Rodguen nous livrent une très belle leçon de vie. En quelques mots: magnifique et d’une belle et rare intelligence !

Cette émouvante œuvre met en scène Vincent, 30 ans, chômeur, un salopard qui a abandonné femme et enfant par pure lâcheté. Un doux rêveur qui entre toutes les solutions choisit la plus facile: élaborer un braquage mais attention hein? un braquage psychologique et idéologique, un truc tordu: à la française, quoi. Et son ticket pour les tropiques s’appelle Bernard, convoyeur de fonds, qui sort de 18 mois d’assistance psychologique après un vilain casse.

Gangster ne s’improvise pas, c’est une carrière qui exige un savoir-faire, des nerfs d’acier, du muscle, de la cervelle, de la minutie, une certaine condition physique même pour un show unique joué à guichet fermé. Pas vraiment le profil de l’emploi le Vincent. Plutôt du genre timoré, tendance dépressif, un pacifiste de nature qui n’aime pas les armes, déteste la violence, ne sait pas chourer une caisse et est un recruteur incompétent. Disons qu’embarquer Gaby Rocket dans cette aventure est l’assurance d’un échec annoncé.

La banane dégarnie, chaussé de santiags aux talons biseautés, Gaby, chômeur de longue durée est un gros con raciste, homophobe, alcoolique qui entretient des relations houleuses avec son entourage. Admirateur inconditionnel de l’Amérique de Dick Rivers et Johnny Hallyday, compagnon d’infortune de Vincent, ce pilier de bar aux idées bas de plafond est le véritable héros de cette épopée humaine et vous allez l’adorer. Vous aimerez inconditionnellement cette extraordinaire tache humaine. Vous fondrez devant cet abruti aviné. Vous rirez à gorge déployée de ses bêtises ( les épisodes de la chèvre, le booster détruit à la batte de baseball sont un must!). Vous chialerez avec lui pendant l’épisode « sauvons Ludo », le Ludo qu’il est censé kidnappé tout de même. Vous vous inquièterez de son bien-être. Aussi étrange que cela parait et soyons sérieux un moment, les Gaby, Vincent, Bernard, jamais au grand jamais vous ne les fréquenterez, votre fierté, votre éducation, l’idée que vous vous faites de votre petite personne, vous l’interdisant.  Dans l'(in)conscient médiatique, culturel, social, ces gens ne sont pas des humains mais une désignation, la France d’en-bas, un terme qui a lui seul distille le plus humiliant des mépris à mon sens. Y a pas une France d’en-bas ou d’en-haut, juste un peuple et un pays, point barre. Et c’est là que le génie de Lupano et Rodguen intervient car derrière ce fil rouge qu’est le braquage, ils nous livrent un conte philosophique de toutes beautés.

L’histoire du braquage n’est qu’un alibi pour explorer les failles humaines:  les séquelles d’une éducation basée sur le mensonge, l’absence d’instruction, la mise à l’écart de la société, l’incommunicabilité, l’héritage de la violence, la connerie érigée en modèle de réflexion et l’amitié, l’indéfectible amitié qui à force de persévérance grandit l’homme. Ma révérence est simplement ma-gni-fi-que et évidemment, j’en recommande l’achat et la lecture. Un travail admirable à tous les niveaux.

Tagged , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Partagez cette critique

Ou suis-je ?

Vous êtes sur la critique MA REVERENCE sur Immobile Trips.

meta

Achetez

Achetez ce livre sur amazon et soutenez l'équipe immobiletrips.com