DE FLAMMES ET D’ARGILE

de Mark Spragg

15 octobre 2013 - 0 commentaires

DE FLAMMES ET D’ARGILE (couverture)

Un nouveau Mark Spragg? Ma fidèle carte de crédit à la main, je le prends sans aucune hésitation. Et c’est dans ces moments-là que l’on se dit qu’il aurait été judicieux de s’informer plus avant sur les qualités du dernier né d’un auteur qui fut un temps vous a ému. Lire la suite…

COMMENT TOUT A COMMENCE

de Pete Fromm

5 août 2013 - 0 commentaires

COMMENT TOUT A COMMENCE (couverture)

Drame psychologique et huis-clos familial sur fond de maladie mentale dans une petit ville désertique du Texas balayée par des « tempêtes bleues du nord » raconté par un témoin privilégié: le fils, future star du base-ball. Lire la suite…

LA BREVE ET MERVEILLEUSE VIE D’OSCAR WAO

de Junot Diaz

12 avril 2013 - 1 commentaire

LA BREVE ET MERVEILLEUSE VIE D’OSCAR WAO (couverture)

Dans une langue exubérante, savant patchwork luxuriant qui en emprunte tous les niveaux en s’affranchissant de tout académisme , Junot Diaz couvre 60 ans d’histoire dominicaine à travers une saga familiale. Des années 30 sous la présidence de Trujillo a.k.a El Jefe, le Voleur de Bétail Raté et Face de Gland, leur Sauron, leur Arawn, leur Darkseid, un personnage si étrange, si pervers, si épouvantable que même un auteur de SF n’aurait été foutu de l’inventer aux années 90 dans le New Jersey, un saut du Tiers au Premier monde, de quasiment pas de télé  ni d’électricité à un max des deux. Avec pour colonne vertébrale, le fukù, une malédiction ou fatalité, un démon précipité dans la Création par une porte cauchemardesque entrouverte sur les Antilles. Lire la suite…

UNE VIE INACHEVEE

de Mark Spragg

7 janvier 2013 - 2 commentaires

UNE VIE INACHEVEE (couverture)

Pour une fois la quatrième de couverture tient ses promesses: c’est une jolie histoire tout en humanité que nous conte Mark Spragg. Une écriture fluide, des personnages attendrissants, les grands espaces de l’Ouest américain. Un bon divertissement qui se goûte sans déplaisir. Lire la suite…

LE SERMON SUR LA CHUTE DE ROME

de Jérôme Ferrari

12 décembre 2012 - 1 commentaire

LE SERMON SUR LA CHUTE DE ROME (couverture)

Depuis quand crois-tu que les hommes ont le pouvoir de bâtir des choses éternelles? L’homme bâtit sur du sable. Si tu veux étreindre ce qu’il a bâti, tu n’étreins que du vent. Tes mains sont vides, et ton cœur affligé. Et si tu aimes le monde, tu périras avec lui. (p198). 

Pour la première fois depuis longtemps, il pensa à Leibniz  et se réjouit de la place qui était maintenant la sienne dans le meilleur des mondes possibles et il eut presque envie de s’incliner devant la bonté de Dieu, le Seigneur des mondes ,qui met chaque créature à sa place. Mais Dieu ne méritait aucune louange car Matthieu et Libero étaient les seuls démiurges de ce petit monde. Le démiurge n’est pas le Dieu créateur. Il ne sait même pas qu’il construit un monde, il fait une œuvre d’homme, pierre après pierre, et bientôt sa création lui échappe et le dépasse et s’il ne la détruit pas, c’est elle qui le détruit. (p99) Lire la suite…

  • Partagez ce blog

Ou suis-je ?

Vous regardez la liste des fiches marquées drame familial sur Immobile Trips.