THE SENSE OF AN ENDING (v.o)

de Julain Barnes

3 juillet 2014 - 0 commentaires

THE SENSE OF AN ENDING (v.o) (couverture)

Des dommages causés par la stupidité, la jalousie, un égo déplacé un soir de beuverie. Ou des difficultés à soumettre ses actions à une ligne morale, éthique et comment on s’en arrange pour continuer à avancer. Lire la suite…

ABLUTIONS* (v.o)

de Patrick DeWitt

16 décembre 2013 - 0 commentaires

ABLUTIONS* (v.o) (couverture)

« You », barman anonyme d’un débit de boissons dont il ne reste nulle trace de sa splendeur passée, raconte par le menu son quotidien dans l’intention d’écrire un livre. Du moins, le sous-titre « Notes for a novel » le laisse entendre. Et c’est toute une faune de gueux en voie de clochardisation aussi sordides que grotesques qui prend vie sous la plume féroce de « You ». Lire la suite…

QUAND J’ETAIS JANE EYRE

de Sheila Kohler

2 octobre 2013 - 0 commentaires

QUAND J’ETAIS JANE EYRE (couverture)

Comme elle l’avoue dans ses remerciements, c’est un passage de la biographie de Lyndall Gordon consacrée à Charlotte Brontë qui lui a inspiré cette bio-fiction. Aucune révélation spectaculaire dans ces pages si ce n’est le point de départ et la suggestion de réponse de l’auteur. Que s’est-il donc passé pendant ces semaines durant lesquelles elle veillait sur son père qui se remettait d’une opération aux yeux? Et à l’auteur d’enquêter sur le processus de la création littéraire, sur la part intime qu’un auteur intègre dans son œuvre et enfin, sur les conséquences que la fiction inflige à son créateur lorsque « la créature » se pose immédiatement en mythe. Rien de plus désagréable que d’être présenté(e) à un entourage sous le nom de son héros de papier. Lire la suite…

PIERRE DE LUNE

de W. Wilkie Collins

9 avril 2013 - 0 commentaires

PIERRE DE LUNE (couverture)

« All the Year Round », magazine dirigé par Charles Dickens, son ami et rival, publie Pierre de Lune sous forme de feuilleton pendant 32 semaines. W. Wilkie Collins aura tenu en haleine son lectorat pendant près de huit mois sans que jamais le suspense ou l’intensité dramatique ne s’essoufflent. Lire la suite…

MOONFLEET

de John Meade Falkner

20 mars 2013 - 2 commentaires

MOONFLEET (couverture)

La publication des critiques ne suit pas mes lectures. Après Une femme simple et honnête de Robert Goolrick, une envie folle de me plonger dans un bon classique du XIX m’a saisie. C’est ainsi qu’en fouillant dans ma modeste bibliothèque je suis tombée sur Moonfleet… qui a pris la poussière depuis 14 ans. Les pages ont pris cet éclat blanc-cassé/ jaune d’œuf. J’en ai découvert d’autres de ces acquisitions d’un autre temps, des histoires qui attendent sagement d’être lues. La véritable surprise en cette énième nuit d’insomnie a été de trouver un bouquin acheté il y a plus de 30 ans! Après un  » ah! oui quand même, faut vraiment que je consulte un spécialiste là », j’ai entamé le J.M. Falkner et me suis commandée une bonne petite dizaine de livres le lendemain. J’avoue avoir un faible pour  ce genre littéraire. Moonfleet m’a comblée alors que L’Île au trésor que j’ai lu pour la cinquième fois, histoire de pouvoir comparer les deux car il y a des similitudes, m’ennuie encore et toujours. Lire la suite…

  • Partagez ce blog

Ou suis-je ?

Vous regardez la liste des fiches marquées littérature anglo-saxonne sur Immobile Trips.